Archivio  Archivio foto  Contatti    |    English Franšais Deutsch Espa˝ol    |        

     Il comitato
Chi siamo
Visite guidate
Iniziative
Ricordi
Gemellaggio Magliana-Fulda-Hainzell
Per gli studenti

     La catacomba
Le catacombe di Roma
I Martiri
Gallerie
Pitture
Oratorio Damasiano

     Le parrocchie
Parrocchia Santa Maria del Rosario ai Martiri Portuensi
Parrocchia San Raffaele Arcangelo
Parrocchia San Gregorio Magno

 

 

 

 

HomeFranšais

La Catacombe de Generosa

di Emilio Venditti

 

Français Qui furent-ils  les Saints Simplicius, Faustinus, Viatrix et Rufinianus, et pourquoi sont-ils appéllés les « Martyrs Portuensi »?  Notre chemin en arrière dans l'histoire, maintenant millénaire - mais qui nous parle encore de ces figures de Saints - doit prendre le départ de  nouvelles, pas nombreuses mais essentielles, que nous proviennent de sources lettéraires, épigraphiques et iconographiques.    Parmi les sources littéraires nous citons les "Acta sanctorum", et les "Passiones" qui nous content leur histoire de témoignage de foi chrétienne vécue jusque au sacrifice de la vie.  L'ancien document le "Liber de locis sanctis martyrum", ajoute que "Iuxta viam Portuensem dormiunt".   Sur une précieuse épigraphe, actuellement maçonnée sur le mur de la canonique de la Basilique de Sainte Marie Majeur à Rome, que par le passé couvrait le sarcophague qui renfermait les corps des Martyrs on y lit  cette inscription: 

 

MARTYRES SIMPLICIVS ET FAVSTINVS
QVI PASSI SVNT IN FLVMEN TIBERE
ET POSITI SVNT IN CIMITERIVM
GENEROSES SUPER PHILIPPI

Il y a enfin une très belle peinture qui se conserve dans la crypte de la catacombe de Generosa représentant une "Coronatio Martyrum" (le couronnement des Martyrs) qui nous donne une touchante image des Saints Martyrs Portuensi.   Mais ou est-il le Cimiterium Generoses Super Philippi indiqué par l'inscription? Avec l'imagination rayons les édifices, l'asphalte des routes, les bruits de notre temps... et voilà, maintenant ouvrons les yeux et nous nous trouvons sur une des vertes collines qui côtoyent  le rivage droit du Tibre; la "via Portuensis"  parallèle au fleuve,  conduit jusqu'à la mer Tyrrhénienne  aux  "Campi salinari", les champs du sel, les anciennes salines romaines.

Nous sommes exactement ad Sextum Philippi, à la sixième mille de la "via Portuense", dans la propriété d'un certain Philippus. C'est  l'année 303 ap.  J.C.    La persécution de l'empereur Dioclétien fait rage contre les chrétiens. 

Lea "Acta Martyrum" nous racontent que parmi le grand nombre de persécutés,  deux   frères,  Simplicius et Faustinus,  après avoir subi  atroces tortures leurs corps  furent jétés dans le Tibre. Les restes des deux jeunes chrétiens, poussés  par le courant du fleuve, sont pitieusement récupérés dans une boucle que le Tibre forme aux pieds des collines Portuenses.  Leur soeur, Béatrice aidée par deux presbitères - Crispus et Johannnes -   les transportent  sur la hauteur de la colline, pour leur donner sépulture dans  une cave de tuf   propriété d'une  matrone romaine nommée  Generosa.    Ce lieu  deviendra un petit cimetière qui s'appellera “Cimiterium Generosae”.

On a témoignage de cette mort glorieuse aussi par d'autres anciens  documents,  martyrologes et codes liturgiques, lesquels fixent la date de leur mort, le "dies natalis"  le 29 Juillet de l'année 303,   jour de leur naissance au ciel.  

Extraordinaire le geste des deux jeunes chrétiens; donner la vie, le bien le plus précieux qu'ils possédaient , pour Amour de "Celui qui pour tous avait donné sa propre vie: Jésus Christ.  C'est-à-dire: Témoins de l'Amour, Martyrs du Christ.

Il est aussi extraordinaire le nom de leur soeur Viatrix:  "via" ( la route);   la route par laquelle les "viatores" se font  pèlerins,  en marche de cette terre  vers le ciel.   Viatrix, (pour nous aujourd'hui Béatrice) peu après  mourrà aussi elle  martyr du Christ.

 

 LES GALERIES

L'ensamble des galeries qui forment le cimetière,  en montre clairement le caractère : un lieu de la pitié et de la foi chrétienne des premiers siècles.  Simple dans sa pauvreté, éloquent dans sa signification.  Il garde encore,  bien visible, le souvenir des hommes, des femmes et des enfants ici déposés en l'attente de la Résurrection  à la Vie Eternelle.   Il y a quelques  inscriptions et  symboles chrétiens imprimés  sur la chaux qui renferme  les niches tombales.

 EPIGRAPHES ET SYMBOLES

Extrêmement pauvre d'art, la catacombe de Generosa, offre toutefois quelques importants fragments d'écritures commémoratives, et exemples de peintures de remarquable intérêt hagiographique et  iconographique.  Au dela de nombreuses épigraphes et épitaphes tombales de toute simple facture, évocants les noms des défunts du cimetière, on souligne un magnifique fragment de marbre avec l'écriture "stino Viatrici" ( ....Faustin et Beatrice).  Oeuvre sans doute de Furio Dionisio Filocalo, graveur des célèbres "carmina" du Pape Damasus à la fin du IV siècle.

A remarquer quelques élementaires graffites, monogrammes symbols du Christ composés d'un  X  et un  P superposés, ajoutés à un Alpha et Oméga, première et dernière lettre de l'alphabet grec, affirmation que le Christ, Rédempteur et Sauveur des hommes est le principe et la fin.  

 LA "CORONATIO MARTYRUM"

Autour de la mémoire des martyrs Simplicius, Faustinus  et  Viatrix se développa dans le cours du IVème siècle l'aire cimetériale souterraine,  fulcre de laquelle restait le Sépulcre des Martyrs.  Plus tards - probablement dans le VIème ou le VIIème siècle  -  on exécuta  sur le mur de la crypte des martyrs  une splendide  fresque: une  Coronatio Martyrum.

Aujourd'hui, à la suite de répétées  profanations et successives restaurations, la peinture  est conservée, quoique non plus complètement lisible dans ses traits. Nous devons alors nous aider  avec la reproduction qui en fit à l'époque de la découverte du site cimiteriale (1867) le peintre Giuseppe Gnoli, sur commande  de l'archéologue G.B. De Rossi.  La fresque représente le Christ assis sur la chaire  en geste de bénédiction, avec à sa droite Viatrix et Simplicius et à gauche Faustinus et Rufinianus. De ce dernier, nous pouvons faire référence à ce qu'il ecrit de lui De Rossi: 

"Le Martyr  Rufinianus est  cité dans les actes de S. Crisogono, qui d'abord fut officier  de l'empereur et ensuite converti  par S. Crisogono, devint lui aussi  martyr"

Sur notre peinture il est représenté  en uniforme militaire avec sur les épaules la  chlamyde, enseigne spéciale des officiers de l'empereur.   Probablement  fut lui-même  à exécuter la condamnation à mort des martyrs.

 

LE  " PASTOR"

Pauvre de décorations, la Catacombe de Generosa conserve toutefois restes de peintures de grand intérêt.  Malheureusement très détériorées par le temps et par l'humidité, on peut voir deux fresques qui ornent une tombe "ad arcosolium" dans la galerie principale. Il s'agît de l'image du Bon Pasteur, le Christ représenté comme un berger avec à son côté un brébis.  Une deuxième scène pastorale représente ancore des brebis  devant  la porte du bercail  entre arbres et arbustes.   Certainement  toujours allusion au Christ, "porte", à travers laquelle nous devons passer.

LE  PAPE  DAMASUS  I

Damasus fut  évêque de Rome du 366 au 384.   Pour son intérêt et encouragement  on effectua, sous son pontificat, nombreuses oeuvres architécturales sur les tombes des martyrs.   Les cimetières souterrains  qui gardaient les Martyrs n'étaient pas adaptes au culte eucaristique, pour cette raison le Pape Damasus pour permettre aux fidéles de participer aux célébrations en suffrage des défunts fit construire nombreux oratoires et basiliques sur les catacombes. Il promut aussi  le culte des martyres, en composant lui-même  des "carmen", vers poétiques en leur honner.  Ils furent ainsi  célébrés avec  monuments et  épigrafes qui sont jusque à présent  conservés dans plusieurs catacombes romaines, devenues témoignage historique de la première période di Christianisme, dont le sacrifice des Martyrs a été emblème.      Aujourd'hui des monuments et oratoirs d'époque damasiènne il en restent  peux, comme dans le cas  de la basilique ad  Martyres Simplicium,  Faustinum,  Viatricem et Rufinianum:  seulement  une partie  de l'abside de la basilique batie en l'an 382  le long de l'ancienne "Via Portuensis" nous transmet  la mémoire du Pape Damasus que entre autre,  fut le premier à introduire la langue latine dans la liturgie au lieu de la grecque.   Son souvenir  se profile lumineux  sur l'horizon de la foi chrétienne, alimentée depuis  toujours par le sang de courageux  témoins du Christ : les Martyrs.

                             P R I E R E
Donne nous, Seigneur Jésus, la foi vive qui soutint les Saints Martyrs Simplicius, Faustinus, Viatrix et Rufus et forma leur couronne de  gloire.   Qu'elle illumine notre chemin, nous soutienne dans les épreuves  et nous rende agréables à Ton Nom.   Amen 
 

 

Questa pagina Ŕ stata visitata 1334 volte dal 01/11/2007

 

 

 

 


Archivio  Archivio foto  Contatti    |    English Franšais Deutsch Espa˝ol    |        

© 2006-2017 Comitato Catacombe di Generosa. All right reserved. Sito aggiornato senza periodicitÓ (admin)